Personal tools
You are here: Home / Textes du livret du Cd

Textes du livret du Cd

Textes et notices biographiques du Cd : 1840-1940 Panorama de musiques européennes pour Basson et Piano écrits par Jean-Pierre Seguin.
 
 
Mikhaïl Ivanovitch GLINKA (1804-1857)
 
 Sonate (inachevée) pour basson et piano.
 
Le mot de Tchaïkovski: "Toute l'école russe tient dans Glinka comme le chêne tient dans le gland" illustre mieux qu'un long discours l'importance de Glinka dans l'histoire musicale de son pays.
Compositeur dans un premier temps "dilettante" il décide, à partir de 1830, de se former à la musique européenne et entreprend à cet effet plusieurs voyages notamment en Italie, Espagne, France et Allemagne au cours desquels il rencontre Bellini, Donizetti, Mendelssohn et sera remarqué par Berlioz.
Il ambitionne de réaliser la synthèse  de la musique savante et du chant populaire russe avec, selon ses propres termes :"La volonté d'unir la fugue occidentale à la musique russe par les liens sacrés du mariage."
La sonate (inachevée) pour basson est une transcription de celle pour alto, elle ne comporte qu'un seul mouvement, lyrique et virtuose, indiqué "Allegro moderato".
Elle est écrite, comme nombre de ses œuvres, dans un style, certes, italianisant que d'aucuns reprocheront à Glinka mais qui ne peut, en aucune manière, occulter l'apport déterminant à la musique russe de l'auteur d'Ivan Soussanine.
 
 
Ludwig MILDE (1849-1913)
 
 Romanze et Andante.
 
Un siècle après sa disparition Ludwig Milde reste la référence absolue et universelle des bassonistes.
Ses trois cahiers d'études demeurent malgré les ans la base incontestée de l'apprentissage et de la maîtrise de l'instrument.
Après avoir étudié le basson, mais aussi l'orgue, l'écriture et la composition, au conservatoire de Prague, sa ville natale, Milde se produit en Autriche et en Bohème avec les plus grands orchestres tant symphoniques que lyriques de son temps et notamment celui de l'opéra de Linz dont il sera le basson solo entre 1870 et 1872.
Nommé professeur au conservatoire de Prague en 1886-poste qu'il occupera jusqu'en 1894-il compose à l'usage de ses élèves un nombre incalculable d'œuvres, du concerto avec orchestre à la courte pièce pour basson seul en passant par les duos, trios etc… toutes de belles factures mais qui pâtissent aujourd'hui de la notoriété des "Etudes".
C'est de ce catalogue que sont extraits la "Romanze" et "l'Andante" présentés ici et qui illustrent la parfaite maîtrise qu'avait Milde de l'écriture pour son instrument.
La virtuosité n'est jamais gratuite ni un obstacle à l'élégance et au charme de la ligne mélodique.
La "Romanze" est plus lyrique,"l'Andante" plus héroïque, mais toutes deux sont écrites avec cœur, talent et la volonté d'être utiles et de plaire à l'interprète et...à l'auditeur.
 
Eugène BOURDEAU (1850-1926)
 
1er et 2ème Solos.
 
Contemporains, Ludwig Milde et Eugène Bourdeau développent une carrière proche sur bien des points: tous deux sont bassonistes, organistes, compositeurs, professeurs reconnus et auteurs de méthodes et d'études pour basson passées à la postérité. Mais là s'arrête la comparaison.
Si Milde doit une grande part de sa renommée internationale à sa collaboration avec de nombreux orchestres d'Europe centrale, Bourdeau, né et mort à Paris y passera toute sa vie.
Après y avoir suivi des études de basson, d'orgue, d'écriture et de composition, sanctionnées notamment par un 1er prix de basson en1868, il y effectuera une double carrière d'organiste et de bassoniste.
Dans un premier temps Maître de Chapelle des Pères Passionnistes anglais de l'avenue Hoche, il obtiendra ensuite la charge de titulaire des Grandes Orgues de l'église St Philippe du Roule.
Parallèlement, et après avoir été nommé basson solo de l'orchestre du théâtre de l'opéra-comique en 1891(poste qu'il occupera jusqu'en1902), il succédera, de1891 à 1922, à Eugène Jancourt comme professeur de basson au conservatoire de Paris.
C'est à cette époque qu'il écrit ses méthodes, études et autres pièces pour basson notamment ses 1er et 2ème solos pour les concours du conservatoire des années 1894 et 1907.
Chevalier de la Légion d'Honneur, Bourdeau est aussi l'auteur d'un catalogue important de musique religieuse: messes, motets etc...
Si le 1er solo est toujours un passage obligé pour les bassonistes, le 2ème est aujourd'hui moins en cour alors que son écriture, son lyrisme et sa virtuosité tant pour le bassoniste que pour le pianiste méritent pourtant qu'on s'y arrête.
 
Edward ELGAR (1857-1934)
 Romance op 62.
 
Musicien autodidacte Edward Elgar s'initia à plusieurs instruments dont l'orgue (il succédera à son père à la tribune de l'église St George) et le basson qu'il pratiquera avec bonheur au sein d'un ensemble d'instruments à vent.
Il gardera toute sa vie une prédilection toute particulière pour cet instrument qu'il mettra en valeur dans ses partitions orchestrales et notamment dans sa célèbre étude symphonique: "Falstaff".
Directeur de l'orchestre symphonique de Londres puis "Maître de la musique du roi",Elgar profondément patriote- bien que pacifiste -connut un immense succès populaire au Royaume Uni avec ses marches pour orchestre et particulièrement: « Pomp et Circumstance » N°1" que les britanniques considèrent même comme une sorte d'hymne non officiel.
La "Romance" pour basson écrite en 1910-avec orchestre dans sa version originale est un hommage tendre et mélancolique à l'instrument de sa jeunesse.
 
Camille SAINT-SAENS (1835-1921)
 Sonate pour basson.
 
Qualifié de: "Beethoven français" par Gounod, Saint-Saëns bénéficia d'une existence placée sous les plus favorables auspices.
Homme fin et cultivé doté d'une intelligence brillante et d'un esprit flamboyant, il vécut toujours, et très confortablement de sa plume.
Ami de l'éditeur Jacques Durand totalement dévoué à sa cause, pianiste virtuose applaudi de son premier concert à l'âge de quatre ans jusqu'à sa mort, organiste(qualifié par Liszt de: "meilleur organiste de monde") de l'église de la Madeleine de 1858 à 1878,chef d'orchestre, fondateur de la Société Nationale de Musique, critique musical, musicologue (éditeur notamment de l'œuvre  de Rameau),professeur de composition dès l'âge de vingt deux ans, membre de l'Institut à trente six, chevalier de la Légion d'Honneur trois ans plus tard, Docteur Honoris Causa de l'université d'Oxford, poète et écrivain reconnu, il eut, de plus, le bonheur d'inaugurer sa propre statue à Dieppe, sa ville natale et enfin... l'Etat lui fit des funérailles nationales.
Certains esprits chagrins objecteront que son œuvre n'a pas évoluée avec le temps alors que, commencée à l'âge d'or du romantisme elle s'est achevée après l'éclosion des Debussy, Fauré, Ravel, Wagner, Stravinsky, Schoenberg et autre Varèse.
Il est vrai que Saint-Saëns n'a jamais cherché à profiter des idées musicales nouvelles alors qu'il en avait pourtant toutes les compétences comme le prouvent certains pastiches, mais il était trop attaché à son idéal de forme et de clarté stylistique.
Dans une production abondante et qui embrasse tous les genres, la sonate pour basson fait figure de testament musical.
Ecrite à Alger peu de temps avant sa mort, elle est dédiée à son cousin: Léon Letellier, professeur au conservatoire de Paris et soliste de l'orchestre du théâtre de l'Opéra et la Société des Concerts du Conservatoire.
Elle comporte quatre mouvements dont les deux derniers s'enchaînent et dont on soulignera surtout le lyrisme de l'adagio et la légèreté virtuose du scherzo."
 
Gabriel PIERNE (1863-1937)
 
 Solo de concert et Prélude de concert.
 
Né à Metz en 1863, Gabriel Pierné se fixe à Paris avec ses parents, eux mêmes musiciens, après la défaite française de 1870.
Il y suit des études de piano, d'orgue d'écriture et de composition, s'y lie d'amitié avec Claude Debussy et obtient en 1882 le second grand prix de Rome.
Il commence une carrière d'organiste en succédant en 1890 à son maître César Franck à la tribune de Ste Clotilde, mais c'est comme chef d'orchestre qu'il accédera à la notoriété.
Assistant d'Edouard Colonne dès 1903 il deviendra chef titulaire de l'orchestre éponyme en 1910,poste qu'il occupera jusqu'en 1934.
Il sera ainsi le créateur de chefs d'œuvres tels "Daphnis et Chloé" de Ravel,"L'oiseau de feu" de Stravinsky ou "Ibéria" de Debussy.
Compositeur fécond, Pierné, moderne sans être révolutionnaire assimile l'héritage de ses prédécesseurs : Franck, Massenet, Saint-Saëns mais aussi les découvertes de son ami Debussy.
Dans une production de plus de 150 œuvres  et qui aborde tous les genres, la musique de chambre occupe une place privilégiée et particulièrement celle pour instruments à vent.
Le "solo de concert" op.35 écrit en 1898 pour le concours du conservatoire répond aux critères requis pour ce type d'exercice avec l'alternance d'éléments mélodiques et de vélocité.
De même le "prélude de concert" composé, lui, pour le concours de 1933 et qui révèle, outre, la parfaite maîtrise de l'écriture pour le basson, la connaissance approfondie qu'avait Pierné de la musique ancienne.
Elu à l'Académie et nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1924 Gabriel Pierné s'éteindra en Bretagne en 1937, une semaine avant Albert Roussel et quatre mois avant Maurice Ravel.
 
Henri  DUTILLEUX (Né en 1916).
 
Sarabande et cortège.
 
Né en 1916, Henri Dutilleux est un des compositeurs les plus importants du XXème siècle.
Après avoir débuté ses études musicales à Douai, il les poursuivra au conservatoire de Paris dans les classes d'écriture, de composition et d'histoire de la musique des frères Jean et Noël Gallon, d'Henri Büsser et de Maurice Emmanuel.
En 1938 il obtient le Grand Prix de Rome, et, après un passage à l'opéra de Paris et dans les services de la radio française, il se consacre à la composition.
Musicien raffiné et cultivé, il développe une œuvre personnelle toute de poésie et de rigueur dans un langage qui lui est propre et indépendant des divers courants musicaux du temps, bien qu'il soit toujours resté très attentif à toutes les recherches esthétiques.
Homme d'une intégrité et d'une conscience artistique rares, il ne livre au public que des œuvres dont la qualité ne peut être discutée, ce qui en fait un des compositeurs français les plus joué au monde.
Professeur de composition à l'école normale puis au conservatoire de Paris, Henri Dutilleux est Grand - Croix de la Légion d'Honneur.
"Sarabande et Cortège" écrite en 1942, à l'origine pour le concours du conservatoire, s'est imposée depuis comme une des œuvres de référence de la littérature pour basson.
 
Jean-Pierre Seguin.
« October 2017 »
October
MoTuWeThFrSaSu
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031